Ma collection en quelques mots

 

Pourquoi ?

Je suis collectionneur d'étiquettes d'eau depuis 1993. La première étiquette est entrée dans ma collection un jour d'été où nous déjeunions sur la terrasse sous le soleil du sud de la Bretagne, c'était une étiquette d'eau minérale de Plancoët avec le dessin d'un petit village breton.

Dans mon adolescence j'ai collectionné les timbres et les porte-clés, puis étant jeune adulte, j'ai collectionné les cartes postales anciennes de mon village et du terrain militaire qui s'y trouvait, ainsi que les cartes postales modernes sur l'écologie et l'antimilitarisme. J'ai depuis, abandonné la collection des cartes moderne, mais j'ai toujours un petit faible pour les cartes de mon village de naissance que j'ai pourtant quitté depuis de nombreuses années.
Cette collection d'étiquettes d'eau m'a tout de suite paru intéressante par la diversité et la diffusion importante de ce support sans réel valeur.
Nous ne sommes qu'une poignée en France et en Europe à collectionner ce type de documentt.
Ma collection a grossi au fur et à mesure de mes voyages en France et à l'étranger. Des amis voyageurs m'ont également rapporté de nombreuses étiquettes et les échanges avec d'autres collectionneurs viennent compléter mes recherches (coordonnées d'autres collectionneurs).

Ma collection se compose de plus de 7600 étiquettes différentes (janvier 2020)

Ce que je collectionne

Je collectionne les étiquettes d'eau minérale, de source et purifiée qu'elles soient plates ou gazeuses (naturellement ou avec adjonction de gaz) pourvu qu'il ne s'agisse que d'eau. Je ne collectionne pas les eaux aromatisées ou énergisantes. Je ne collectionne pas non plus toutes les étiquettes des variantes marketing des eaux, ni les bouteilles sérigraphiées, donc sans étiquettes. Une étiquette est différente si le lieu de production ou le graphisme principal est différent avec cependant des exceptions : les étiquettes éditées spécialement pour les fêtes de fin d'année ou pour un événement festif ou artistique, ou des étiquettes "coup de coeur" .......
La quasi totalité des étiquettes a été utilisée et a donc subit l'épreuve du transport, du stockage chez les commerçants et du décollage. J'ai peu d'étiquettes neuves (obtenues généralement par échange).

Un de mes objectifs est de posséder au minimum une étiquette de chaque source française et de chaque pays, ce qui est loin d'être le cas actuellement, et de plus, certains "petits" pays n'embouteillent peut-être pas d'eau.
Je souhaite donc faire des échanges pour obtenir les étiquettes de certains pays : je recherche

 

 

 

 

 

 

Quelles différences entre ces eaux ?

Les dénominations "eau de source" ou "eau minérale" sont strictement réglementées en Europe.

Issues de nappes d’eaux souterraines non polluées, profondes ou protégées des rejets dûs aux activités humaines, les eaux dites de source sont des eaux naturellement propres à la consommation humaine. Les seuls traitements qu’il est permis de leur appliquer, afin d’éliminer les éléments instables que sont les gaz, le fer et le manganèse, sont l’aération, la décantation et la filtration. Les eaux naturellement gazeuses, qui contiennent du gaz carbonique dissous, peuvent également être regazéifiées avant d’être embouteillées.

Les eaux minérales, sont des eaux de source ayant des propriétés particulières : elles ont des teneurs en minéraux et en oligo-éléments susceptibles de leur conférer des vertus thérapeutiques et leur composition est stable dans le temps. Comme les eaux de source, elles ne peuvent être traitées. En France, une eau ne peut être qualifiée de minérale que si elle a été reconnue comme étant bénéfique pour la santé par l’Académie Nationale de Médecine. Si certaines ne sont guère plus minéralisées que les eaux de source, d’autres sont très riches en sels minéraux.

Certains pays en revanche, comme les États-Unis, autorisent la commercialisation, sous l’appellation "eaux de source", d’eaux traitées chimiquement : ces traitements visent soit à ôter des substances indésirables soit à ajouter des substances manquantes, bref à rendre ces eaux potables et de meilleure qualité.
Forte de cet exemple et face à la menace grandissante de pollution des sources, l’Europe s’apprête aujourd’hui à suivre cet exemple : mais que pourra bien alors signifier le label "eau minérale naturelle" ?

Source : © CNRS - Le CNRS en ligne

L'eau de table est une eau potable dont la provenance est quelconque mais qui satisfait toutes les normes sanitaires. En France c'est tout à fait le cas de l'eau dite du robinet.
Le concept de « potabilité » varie à travers le monde, fruit d'un contexte historique et culturel local. Il détermine la question de l'accès à l'eau, puisque une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Certaines eaux très fortement minéralisées dépassent les critères de minéralisation de l'eau potable. En ce sens, on peut les considérer comme non potables. Par contre, il est faux de dire que toutes les eaux minérales sont non potables.

Source : Wikipédia

Comment les étiquettes sont-elles classées ?

Depuis le lycée, j'ai toujours aimé la géographie et depuis mon premier salaire j'ai voyagé à travers le monde. J'ai donc choisi naturellement de classer mes étiquettes par lieu précis de production (source ou usine d'embouteillage), que la bouteille soit ensuite vendue dans son pays d'origine ou qu'elle soit exportée. J'aurais aussi bien pu classer les étiquettes par marque, mais l'origine d'une eau me parait être un critère essentiel et les recherches que je dois faire pour les localiser sur la géographie physique et administrative des pays m'intéresse.
Pour certaines contrées ce n'est pas facile car la législation ou l'alphabet local ne permet pas de savoir où l'eau est embouteillée. Pour une marque donnée, il peut aussi y avoir différents lieux d'embouteillage, et rien ne l'indique sur l'étiquette. Pour les eaux purifiées, la provenance est parfois impossible à connaître.
Heureusement les entreprises d'embouteillage ont généralement un site internet, ce qui est une bonne source d'informations à condition que le site soit au minimum en langue anglaise et que l'origine de l'eau soit valorisante pour l'entreprise.
Le classement par lieu se résume quelques fois à un pays car la tâche devient insurmontable pour certains pays d'Asie.

Si vous constatez des erreurs dans mon classement, c'est avec plaisir que j'accepte toutes les remarques.

Remerciement

Cette collection n'a aucun caractère mercantile. Elle se complète naturellement par mes achats d'eau, par ceux de mes
connaissances, par échange et par les étiquettes de donateurs désintéressés que j'accepte bien volontiers.

Je tiens à remercier particulièrement tous mes amis et connaissances (directes ou indirectes) qui font l'effort et qui ont la gentillesse de me décoller des étiquettes ; ce n'est pas toujours aisé car certaines sont très "attachantes".

Retour menu principal